Catégorie : Le Linky c’est quoi ?

Aside

Avez-vous entendu parler de Linky ?

Compteur Linky d'ERDF

Linky,  quel joli nom ! Est-ce un personnage de dessin animé ? Un nouveau logiciel ??

Rien de tout cela, Linky est le nouveau compteur électrique intelligent qu’EDF/ERDF veut installer partout en France avec l’assentiment du gouvernement…

La loi de transition énergétique publiée le 18 août 2015 instaure le déploiement de 35 millions de nouveaux compteurs électriques appelés Linky pour un coût global de 5 milliards d’euros !

Tous les abonnements de moins de 36 kVa, résidentiels et professionnels, sont donc dans le viseur. Grâce à la mobilisation citoyenne, les sanctions initialement prévues en cas de refus (1 500 € d’amende) ont été retirées du texte…

Ce boîtier vert anis, décrit comme étant « intelligent » et « communicant » puisqu’il permet de mesurer la consommation en temps réel et de la télé-transmettre au fournisseur d’électricité, présenterait bien des risques, selon plusieurs associations.

Qu’en est-il réellement ?

Avant d’être déployé en France, le compteur Linky a été expérimenté à Tours et à Lyon dans 300.000 foyers. Et certaines personnes ont très mal vécu ce test : des particuliers se plaignent de maux de tête, de fatigue, de nausée ou encore d’acouphènes…

Rien de surprenant, Linky fonctionne grâce à la technologie du CPL, comprenez  Courant Porteur en Ligne

Le principe des CPL consiste à superposer au courant électrique alternatif de 50 ou 60 Hz un signal à plus haute fréquence et de faible énergie. Ce deuxième signal se propage sur l’installation électrique et peut être reçu et décodé à distance. Ainsi, le signal CPL est reçu par tout récepteur CPL de même catégorie se trouvant sur le même réseau électrique.

En conséquence, la plus grande partie de l’énergie injectée par le modem CPL est rayonnée sous forme d’ondes radios. On classe traditionnellement les CPL en deux catégories en fonction du débit offert :

  • Les CPL à haut débit qui utilisent des modulations multi-porteuses de type OFDM dans la bande 1,6 à 30 MHz (bande HF allant de 3 à 30 MHz),
  • Les CPL à bas débit qui utilisent des techniques de modulations assez simples, par exemple quelques porteuses (mais une seule à la fois) en modulation de fréquence. Les bandes des fréquences utilisées sont comprises entre 9 et 150 kHz en Europe et entre 150 et 450 kHz aux États-Unis.

Problème : ce système génère au passage des perturbations électromagnétiques. Il rend tous les câbles électriques domestiques rayonnants (ou radiatifs), donc toxiques.   Avec un CPL, il est inconcevable de garder des câbles non blindés et transformer toutes les installations actuelles par des câblages blindés aurait un coût bien trop élevé !

Ces radiofréquences vont donc se retrouver dans l’air environnant, formant ainsi un véritable « brouillard électromagnétique », mesurables jusqu’à 2,50 mètres de tous les câbles électriques dans les murs de nos habitations, de nos lieux de travail, dans les écoles, collèges et lycées de nos enfants. Mais aussi évidemment dans tous les fils électriques apparents et les appareils eux-mêmes, y compris les lampes de chevet, de bureau, etc…

En effet, depuis le 31 mai 2011, les radiofréquences sont officiellement reconnues « potentiellement cancérigènes » (catégorie 2B) par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui dépend de l’OMS.

Quel que soit la fréquence des relevés de nos consommations effectués par ERDF, le compteur Linky émet ces ondes toxiques en permanence, 24h/24, 7 jours/7 et 365 jours/365 !!! Contrairement à notre téléphone portable que nous pouvons choisir d’éteindre, nous ne pourrons pas stopper le fonctionnement de ce compteur.

Dormir chaque nuit, vivre et travailler chaque jour dans un bain d’ondes « potentiellement cancérigènes » ne peut que menacer, à terme et de façon invisible, la santé de toute la population, et notamment celle des personnes les plus fragiles que sont les enfants, les personnes âgées, les malades, les personnes « électrosensibles ».

Bien sûr Linky répond à des normes ! Or ces normes ne tiennent aucunement compte d’un principe dit « cumulatif » des ondes émises dans notre environnement. C’est la somme des champs électromagnétiques qui nous porte préjudice et la durée d’exposition à ces champs qui vont faire que nos cellules vont les accumuler et, avec le temps, nous finirons par présenter différents troubles et maladies.

Nous pouvons donc parler de « mort lente et invisible »… sans parler des différents risques associés à l’installation d’un tel compteur dans nos habitations, lieux de travail, etc… où les câblages ne sont pas blindés (pannes à répétition, risque d’incendies, matériels et appareillages à remplacer…).

Une autre petite chose à savoir (et non des moindres), les compagnies d’assurances excluent de leur police d’assurance et de responsabilité civile :

« tous les dommages, frais ou dépenses de quelque nature que ce soit causés directement ou indirectement par, résultant ou liés de quelque manière que ce soit aux champs électromagnétiques ».

Il nous faut donc réagir collectivement car, refuser le Linky chez soi ne suffira pas !

Il nous faut aussi informer et convaincre nos voisins, notre employeur, nos collègues de travail, nos familles.

Il faudra aussi prévenir nos élu(e)s, car, ce sont les communes et non ERDF, qui sont les propriétaires des réseaux électriques (même si la gestion du réseau est confiée à des organismes privés).

REFUSER LE COMPTEUR LINKY EST DONC POSSIBLE ET IL N’EST PAS TROP TARD.

Mais il faut agir vite, car l’installation du compteur Linky dans 35 millions de foyers est programmée d’ici fin 2021 (entre juin 2017 et juillet 2018 en Drôme-Ardèche).

Nous vous laissons ici le lien vers la carte de France du site d’ERDF pour le déploiement du Linky : http://www.erdf.fr/linky-bientot-chez-vous

Voici des liens utiles qui serviront à refuser le Linky, s’informer de façon encore plus complète (vidéos, témoignages, articles de presse, etc… :

http://refus.linky.gazpar.free.fr/

http://refus.linky.gazpar.free.fr/fronde-anti-linky.htm

http://www.robindestoits.org (site très riche en informations et en conseils – grande disponibilité pour obtenir des infos)

http://www.priartem.fr/

http://www.next-up.org/

http://www.santepublique-editions.fr/

https://blogs.mediapart.fr/pierre-lassalle/blog/110316/kit-de-refus-compteur-linky

http://reporterre.net/Electro-sensibilite-le-cri-d-alarme-des-medecins

https://youtu.be/qYZy2eOt61w?list=PLuS8U-5w1PwLDNwVEbNL_DI8OZyTDFl83

https://youtu.be/EhJbLJvouvI?list=PLuS8U-5w1PwLDNwVEbNL_DI8OZyTDFl83

https://youtu.be/QHkOdoDx-0c?list=PLatM_OVRhm5a-6aj8r6_2Jm25ZFLSXgQL

Dernière information, l’Allemagne et la Belgique refusent le compteur Linky sur leurs territoires, il est en cours de démontage en Californie pour des raisons sanitaires, et les compteurs « communicants » font aussi l’objet de milliers de plaintes au Québec, qui vient de faire marche arrière sur leur généralisation imposée !

Au 07Juin 2016 – 180 communes de France ont déjà refusé le compteur Linky.

AGISSONS PLUTÔT QUE DE SUBIR… Pour que personne se dise un jour : « Je ne savait pas ! » ou bien pire encore : « Je savais, mais je n’ai rien fait ! ».

Aside

Vidéo d’explication StopLinkyNonMerci

Cette vidéo a pour objectif de servir de support de présentation pour les nombreuses réunions d’information sur le compteur Linky actuellement organisées dans toute la France.
On peut assister à l’une de ces réunions en consultant le planning des collectifs « Stop ! Linky » à l’adresse suivante : http://stoplinkynonmerci.free.fr
et signer la pétition « Non ! à l’électricité sale ! »

Aside

Quelles conséquences en cas de refus des compteurs communicants

 

Ne vous laissez pas impressionner par les rumeurs, vous ne risquez rien !

Si vos élus ont eu la bonne idée de refuser le remplacement des compteurs de votre commune par des compteurs communicants, la question est réglée : vous êtes protégés par la décision municipale et, à ce jour, aucune mesure de rétorsion n’a pu être avancée contre les communes visionnaires qui ont déjà pris position pour protéger la santé, les libertés et le porte-monnaie de leurs administré(e)s.

Si hélas votre commune n’a pas pris position, vous pouvez refuser les compteurs communicants à titre individuel.

Soyez rassuré : il ne va rien se passer : vos bons vieux compteurs actuels vont continuer à fonctionner (ils ont une durée de vie de 60 ans !). Aucune sanction financière n’a été inscrite dans la loi, vous ne risquez donc rien.

Si votre consommation varie (par exemple du fait d’un changement de composition de votre foyer), vous pouvez – comme c’est d’ailleurs le cas depuis longtemps – communiquer votre consommation réelle à votre fournisseur, par téléphone ou sur le web.

Ne vous laissez pas impressionner par les lettres d’ERDF qui tentent de vous faire croire que le remplacement des compteurs est obligatoire. Ne croyez pas les rumeurs mensongères qui laissent entendre que vous pourriez être l’objet d’amendes ou même de coupures d’électricité : c’est totalement FAUX.

Si votre compteur est dans votre logement, ERDF n’a aucune possibilité d’agir. Méfiez-vous par contre si votre compteur est dans les parties communes d’un immeuble ou accessible depuis l’extérieur : même si vous avez signalé votre opposition, même si vous avez collé un message sur votre compteur, les sous-traitants (qui sont payés au nombre de compteurs posés !) ne se gêneront pas : ils entrent même dans les jardins, illégalement, et changent votre compteur pendant votre absence !

Attention aussi : les opérateurs, avec la complicité de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), agitent la menace de faire payer la ’relève à pied’ : ne recevant pas automatiquement vos relevés de consommation, ils pourraient vous facturer le déplacement d’un agent.

Il est ainsi question d’un tarif insensé de 19 euros par mois. Mais il n’y a là rien de légal à ce jour, il s’agit juste d’effrayer les particuliers pour les dissuader de résister. Une fois de plus, on constate que la CRE n’est que le bras armé des industriels.

Notons d’ailleurs que, au Québec où les opposants sont nombreux, le tarif de la ’relève à pied’ pour les gens qui refusent les compteurs communicants est tombé à 3 euros par mois (5 dollars canadiens). Nul doute que ce dossier sera l’objet d’une bataille citoyenne en France aussi le moment venu.
(Sources : Site de Stéphane LHOMME)

En résumé :

Par la suite, il y aura probablement des combats à mener pour empêcher que les citoyens éclairés et courageux ne soient pénalisés… Mais, pour le moment, l’urgence est d’être nombreux à refuser les compteurs communicants (si possible par votre commune, sinon individuellement). N’ayez pas peur, ne vous laissez pas impressionner !